Anjela Duval

  Index des poèmes

  Page d'accueil
 
Clichés

Clichés

Lenaïg aux cheveux couleur de lune

Aux yeux profonds qui interrogent…

Pourquoi est-ce qu’on ne lui apprend pas la langue de Francis

Le vieux journalier qui ne parle que breton ?

 

Virgile ! Virgile ! Si j’avais été Virgile !

Je me serais fait apporter une poignée

De cette terre vivante qu’ils charroient

Pour combler les creux humides.

Et que je vois tous les jours depuis mon lit

Ah, respirer par les narines

Le parfum de la terre vivante !

 

Quatre-vingt-dix ans aujourd’hui

À cette heure les cloches de Tonquédec célébraient

La messe de mariage de mon père et de ma mère

Comment était le temps. Comment étaient les gens

J’invente les images de 1891.

 

Les bois de Trorozeg

S’agrippent à la montagne

Plongée dans la brume

Pas une feuille pas une herbe ne bouge

Fantômes blancs sous les parapluies

Multicolores comme des fleurs énormes qui marchent.

 

Sur la petite table un sac de papier brun

Froissé et défroissé, à l’intérieur un trésor

Plus précieux que s’il était d’or et d’argent :

Quatre poires de Traoñ-an-Dour.

13 et 14 octobre 1981.

 

(Traduction Paol Keineg)
 

"Gant Sœur Marie de Saint Michel, ' Sœur Michel "" evit Anjela (1968). Eskemmet o doa lizhiri e-pad
 
  © Anjela Duval - Tous droits réservés pour tous pays