Anjela Duval

  Index des poèmes

  Page d'accueil
 
La peine et le plaisir

La peine et le plaisir

Le soleil brûle. La terre est torride.

Pliée en deux depuis des heures et des heures

À des travaux difficiles ; je vais défaillir,

Les coups de mon cœur me battent aux oreilles

Éblouie, étourdie, jusqu’au vertige.

Il vaudrait mieux que j’arrête ou je tombe…

 

Je me traîne lentement pour m’appuyer au talus

(Vieux talus généreux dont on cherche la mort !)

 

Grâce à la fraîcheur qui souffle sous le chêne

Mon sang s’apaise. Mes forces reviennent,

Ma fatigue s’enfuit, ma vue s’éclaircit.

 

J’ai sous les yeux le plus beau des tableaux !

Dans le bas, en face : le petit bois de Poull-Ankou,

Baignant dans un brouillard bleu.

Le vert profond du chêne me paraît noir

Les hêtres chargés de faînes ont un visage de rouille.

La dentelle du frêne est fine et aérienne.

Dans les mâts des peupliers des feuilles tendres.

Et en plein milieu du Bois : une tache de lumière.

 

Arc blanc du châtaignier en fleurs

Comme un pinceau géant qui aurait trempé dans de la crème !

         Pour attirer les abeilles ?…

24 juillet 1963

 

(Traduction Paol Keineg)
 

Anjela da c'hwezek vloaz (1921).
 
  © Anjela Duval - Tous droits réservés pour tous pays